les cocottes rousses Menu
Retour aux coups de coeur
les cocottes rousses
visuel slider

Virginia

de Emmanuelle FAVIER

Éditions Albin Michel, août 2019
Prix : 19,90 €

COUP DE COEUR • Roman biographique • Par Sophie • 24 septembre 2019

Emmanuelle FAVIER n'a pas son pareil pour donner à lire du poétique et du romanesque . Elle offre ici avec grand talent le portrait d'une "petite Virginia" inédite, inconnue, bien étrangère à "l'immense et incontournable écrivaine Woolf" que nous connaissons. Virginia, c'est une naissance au 19ème siècle à l’époque victorienne, dans une grande fratrie issue d'une famille recomposée. Virginia, c'est l'héritage lourd de parents évoluant dans la société anglaise érudite et instruite. Virginia, c'est une quête, une grande marche, un long apprentissage, la construction d'une personnalité hors du commun. Enfant, elle est drôle, inventive, philosophe, artiste, souvent à la marge de son statut de fille puis de femme imposée à l'époque.

Voilà le récit singulier d'une émancipation, celle d'une des plus grandes auteures de tous les temps. TOUT SIMPLEMENT CAPTIVANT.

"J’ai circulé entre un respect maniaque pour ce que je trouvais dans les lettres, journaux et témoignages, une appréhension subjective de ce qui surgissait des romans et une tentative d’identification par l’empathie avec cette petite fille qui grandit et qui se trouve s’appeler Virginia Stephen, mais dont l’intériorité doit pouvoir résonner avec chacune et chacun. (..) C’est une figure mythique de la littérature, mais c’est avant tout un modèle pour les écrivaines, une "grande sœur. (...) C’est l’une des premières femmes à publier directement sous son nom et non sous un nom d’homme, et à connaître la célébrité de son vivant. Pour moi qui entame mon parcours de romancière, me glisser dans les pas de la petite fille qu’a été Virginia était une manière de grandir avec elle, de devenir écrivaine en racontant la manière dont elle-même le devient. Elle m’a ainsi accompagnée vers ma liberté, tandis que j’essayais de comprendre comment elle a su conquérir la sienne." Emmanuelle FAVIER

Dans le lourd manoir aux sombres boiseries, Miss Jan s’apprête à devenir Virginia. Mais naître fille, à l’époque victorienne, c’est n’avoir pour horizon que le mariage. Virginia Woolf dérogera à toutes les règles. Elle fera œuvre de ses élans brisés et de son âpre mélancolie. La prose formidablement évocatrice d’Emmanuelle Favier fait de cette biographie subjective un récit vibrant, fiévreux, hypnotique.

Derniers Coups de Coeur

visuel slider

BD – Ce que nous sommes

de ZEP

Quand il s'échappe de Titeuf, ZEP voit loin et donne à réfléchir aux place et rôle de l'homme sur terre.
Il anticipe le monde de demain.

Et c'est passionnant.

Après "The End", qui révèle la puissance de la nature tel un thriller botanique où les arbres se rebellent contre l'humanité, sa toute dernière BD "Ce que nous sommes" explore le "nous" augmenté.

Il pose la question de l'accès au savoir selon l'appartenance sociale grâce à l'assistance technologique dans une société hyperconnectée.

ZEP offre une fois de plus, avec Constant, son héro, une BD futuriste voire anticipatrice (?) qui invite aux questionnements philosophiques de l'Evolution et de ses dérives existentielles.

L'homme dans la BD de ZEP est augmenté. Plus la peine d'être scolarisé. Constant a appris 15 ans d'école en 3 minutes.
Il parle 12 langues. La nourriture, les boissons, tout cela a disparu, au profit de gélules.
La sexualité ? Virtuelle. Vous pouvez être ce vous voulez quand vous voulez.

Le Data Brain center stocke toutes les intelligences. Constant fait partie de la première génération à être née avec un second cerveau numérique.
30 ans qu'il existe.
Mais s'il a le pouvoir d'augmenter l'homme, il n'a pas le pouvoir de réduire les inégalités.

En résumé, plus on a les moyens, plus on est augmenté.

C'est percutant, c'est brillant et cette lecture ouvre et éclaire bien plus que les yeux !



COUP DE COEUR • BD adulte - Roman graphique • Par Sophie • 19 juin 2022
En savoir plus
visuel slider

Léopoldine

de Thierry CONSIGNY

Léopoldine, fille aînée et enfant chéri de Victor Hugo se noie le 4 septembre 1843. Son père a quarante et un. Déchiré par la perte, il se réfugie dans le silence pendant trois ans.

Une période de déflagration pour l'homme meurtri en son âme. Lui qui ne cessait de composer, ne publie plus un seul poème, plus un vers, plus rien. De ces trois années muettes vont émerger ses plus grands chefs d'oeuvre, les plus violents aussi.

Conservateur, proche du pouvoir, Hugo devient révolutionnaire. Il fuit les faussetés mondaines, les postures, les impostures, les artifices. Il hait les mensonges qui oppressent et les richesses qui écrasent.

De ce qu'il avait nommé "Les Misères", des écrits jaillissants sous la bienveillance et l'admiration de sa femme, ses enfants et Juliette Drouet, sa maîtresse fidèle et accompagnante, naîtront "Les Misérables".

Ses douleurs intimes révèlent ce qui deviendra son nécessaire engagement politique en faveur des plus vulnérables.

Hugo s'érige et crie la vérité par-delà le sensible.
Pour lui, un monde politique soumis aux plus riches n'est pas une fatalité. Il est faux, il est contre nature, il offense la splendeur du monde réel.

Sa vérité sera celle des plus démunis.

Son appétence et génie d'écriture retrouvés avec "Les Contemplations" feront que la tristesse et la joie ne seront qu'une : la vérité triomphale de la poésie.

COUP DE COEUR • Roman historique • Par Sophie • 03 juin 2022
En savoir plus
Tous droits réservés Les Cocottes Rousses 2018 - Création graphique : www.atelierchose.com | Coralie_F - Développement web : JCG - Mentions légales