les cocottes rousses Menu
Retour aux coups de coeur
les cocottes rousses
visuel slider

Le dieu vagabond

de Fabrizio DORI

Éditions Sarbacane, janvier 2019
Prix : 25.00 €

COUP DE COEUR • Bande dessinée adulte • Par Sophie • 27 février 2019

Attention bande dessinée onirique et envoûtante tant par son dessin (véritable prouesse graphique) que par sa narration (scénario intelligent et diablement captivant) ! Coup double donc pour cette fabuleuse quête d'un satyre déchu qui nous emporte entre légendes mythologiques et récit contemporain. Magnifique odyssée. Une plongée extraordinaire dans le monde antique.

Dernier de sa lignée divine, Eustis le satyre mène une vie oisive et solitaire dans le monde moderne. Lorsqu’il découvre que d’autres dieux ont survécu, il part à la recherche de son ami Pan, curieux disparu qui semble cristalliser l’attention de tout le nouveau panthéon de l’« Hôtel Olympus ». Mais Eustis n’est qu’une divinité mineure, et peut-être vient-il de mettre le doigt dans un engrenage dangereux…

Derniers Coups de Coeur

visuel slider

Camp Poutine

de Aurélien DUCOUDRAY (scénario), ALNOR (dessin)

Gloire à Poutine ! Voici le cri de ralliement d'un collectif d'ados russes qui se retrouvent piégés au sein d’un camp d’entrainement paramilitaire, soi-disant parrainé par Vladimir Poutine. Alors que le conflit entre la Russie et l'Ukraine s'enlise, les rancoeurs ressurgissent et l'endoctrinement fait son oeuvre. Aurélien Ducoudray place son intérêt pour l'histoire contemporaine au service d’un thriller rural originalement enchevêtré à la personnalité de l’actuel président russe. La collaboration avec la dessinatrice Anlor est une réussite étant elle-même visiblement intriguée par les mentalités slaves modernes de l’ère post-soviétique.

COUP DE COEUR • Bande dessinée adulte • Par Sophie • 08 mai 2019
En savoir plus
visuel slider

Marcher jusqu’au soir

de Lydie Salvayre

Dans ce livre poignant, Lydie Salvayre interroge l'art et ses institutions. La romancière publie sans doute son ouvrage le plus personnel, le récit d'une nuit entière passée au Musée Picasso-Paris, seule, à observer une oeuvre qui la fascine « L'homme qui marche » d'Alberto Giacometti. C'est l’humeur mauvaise et le verbe décapant qu'elle se saisit du prétexte de cette nuit particulière pour questionner le milieu artistique dans la société en général et dans ses rendez-vous manqués avec elle en particulier. Son enfance de petite fille pauvre et bien élevée, désarmée face à un père redoutable et éloignée de tout "éducation culturelle" amplifiera son sentiment de rapport illégitime à l'art. Par le prisme du travail acharné et de la personnalité d'Alberto Giacometti, dont l'oeuvre la fascine autant qu'elle lui fait peur, elle tente de comprendre son propre rapport à l'art. Elle questionne le pouvoir d’intimidation ordinaire des "hauts lieux culturels" pour une grande majorité d'entre nous. En toute modestie, elle s'exprime en défenseuse du droit à la Culture pour tous et s'oppose à une société d'élites qui se réserve le droit d'ériger les musées en sanctuaires -quasi inaccessibles-.

"L’écrivaine s’est laissé enfermer au Musée Picasso, face au plus fameux des Giacometti. Résultat : une décapante et superbe nuit d’introspection". Journal Le Monde

"Dans ce récit, Lydie Salvayre évoque avec rage et humour son rapport tumultueux à l’art au long d’un parcours introspectif". Revue Politis

COUP DE COEUR • Bio - Témoignage • Par Sophie • 05 mai 2019
En savoir plus
Tous droits réservés Les Cocottes Rousses 2018 - Création graphique : www.atelierchose.com | Coralie_F - Développement web : JCG - Mentions légales