les cocottes rousses Menu
Retour aux coups de coeur
les cocottes rousses
visuel slider

Marcher jusqu’au soir

de Lydie Salvayre

Éditions Stock, avril 2019 (collection Ma nuit au musée)
Prix : 18.00 €

COUP DE COEUR • Bio - Témoignage • Par Sophie • 05 mai 2019

Dans ce livre poignant, Lydie Salvayre interroge l'art et ses institutions. La romancière publie sans doute son ouvrage le plus personnel, le récit d'une nuit entière passée au Musée Picasso-Paris, seule, à observer une oeuvre qui la fascine « L'homme qui marche » d'Alberto Giacometti. C'est l’humeur mauvaise et le verbe décapant qu'elle se saisit du prétexte de cette nuit particulière pour questionner le milieu artistique dans la société en général et dans ses rendez-vous manqués avec elle en particulier. Son enfance de petite fille pauvre et bien élevée, désarmée face à un père redoutable et éloignée de tout "éducation culturelle" amplifiera son sentiment de rapport illégitime à l'art. Par le prisme du travail acharné et de la personnalité d'Alberto Giacometti, dont l'oeuvre la fascine autant qu'elle lui fait peur, elle tente de comprendre son propre rapport à l'art. Elle questionne le pouvoir d’intimidation ordinaire des "hauts lieux culturels" pour une grande majorité d'entre nous. En toute modestie, elle s'exprime en défenseuse du droit à la Culture pour tous et s'oppose à une société d'élites qui se réserve le droit d'ériger les musées en sanctuaires -quasi inaccessibles-.

"L’écrivaine s’est laissé enfermer au Musée Picasso, face au plus fameux des Giacometti. Résultat : une décapante et superbe nuit d’introspection". Journal Le Monde

"Dans ce récit, Lydie Salvayre évoque avec rage et humour son rapport tumultueux à l’art au long d’un parcours introspectif". Revue Politis

« Regarder ces œuvres m’est une corvée et je me fais violence en continuant cette expérience à la con. » Lydie Salvayre tente de comprendre pourquoi elle s’inflige cette nuit seule au musée. Peut-être à cause de la force de persuasion d’Alina Gurdiel, l’éditrice de chez Stock avec qui elle partage des origines espagnoles, et qui a imaginé la collection « Ma nuit au musée ». Son idée est de répondre à une interrogation personnelle : « Quelle fiction, ou réflexion, peut-elle surgir dans le cerveau d’un écrivain en ce moment étrange, de solitude absolue dans un endroit où d’ordinaire on ne peut ni dormir ni être seul ? ». La réponse de la romancière éclabousse chaque page de Marcher jusqu’au soir : rien, que dalle, nada… Enfermée au musée Picasso à Paris, un petit lit de camp installé face à l’Homme qui marche d’Alberto Giacometti, elle se retrouve incapable d’éprouver l’émotion artistique qu’elle espérait et que l'on attend d'elle. L’exercice d’admiration se transforme en manifeste contre les musées, l’art et le beau en général, tout du moins dans leurs manifestations contemporaines. Le résultat est une oeuvre qui tient autant de l’essai que du livre d’histoire de l’art, du récit-témoignage ou de l’autobiographie partielle.

"C’est un livre avec des pensées « lièvres », […] qui surgissent tout d’un coup alors que vous êtes dans un lieu étrange et qui vous emmènent là où vous n’aviez pas l’intention d’aller".(Lydie Salvayre)

Derniers Coups de Coeur

visuel slider

La certitude des pierres

de Jérôme BONNETTO

"La certitude des pierres" est un texte rugueux, tendu et minéral construit comme une tragédie. Jérôme Bonnetto sonde comme personne les âmes recroquevillées dans l'isolement et la monotonie des jours. Il traduit à merveille l'hostilité de la montagne et de l'existence qu'elle engendre, la mesquinerie ordinaire et la peur de l'inconnu. Nous entrons de plein pied dans une guerre de la terre entre deux clans, les chasseurs et le berger, les habitudes et la nouveauté, les enracinés et l'étranger. D'une écriture puissante, ample, poétique, il donne à voir l'étroitesse d'esprit des hommes, l'énigme insondable de leurs rêves et l'immensité de leur folie.

COUP DE COEUR • Roman - Récit • Par Sophie • 30 mars 2020
En savoir plus
visuel slider

Rivage de la colère

de Caroline LAURENT

Après son succès et notre énorme coup de coeur pour son premier roman "Et soudain la liberté", Caroline Laurent revient sur un pan méconnu de l'histoire mauricienne qui résonne à ses propres origines. Elle offre un récit romanesque dans l'archipel des Chagos, dont l'île de Diego Garcia a été vendue et vidée de ses habitants pour l’installation d’une base militaire américaine. Sacrifiée et expulsée, la population de cet archipel est sommée de quitter l'île en une heure de temps pour finir dans des bidonvilles sur l'île Maurice...
C'est tout en finesse et extrêmement bien documentée que Caroline Laurent nous embarque dans une fresque historique au souffle puissant et parfaitement rythmée. Les personnages sont attachants et terriblement touchants. Ce livre est l'histoire d'un combat. Aujourd'hui, le drame est toujours en jugement devant la Cour Internationale de Justice de La Haye.



COUP DE COEUR • Roman - Récit • Par Audrey • 30 mars 2020
En savoir plus
Tous droits réservés Les Cocottes Rousses 2018 - Création graphique : www.atelierchose.com | Coralie_F - Développement web : JCG - Mentions légales