les cocottes rousses Menu
Retour aux coups de coeur
les cocottes rousses
visuel slider

Marcher jusqu’au soir

de Lydie Salvayre

Éditions Stock, avril 2019 (collection Ma nuit au musée)
Prix : 18.00 €

COUP DE COEUR • Roman biographique • Par Sophie • 05 mai 2019

Dans ce livre poignant, Lydie Salvayre interroge l'art et ses institutions. La romancière publie sans doute son ouvrage le plus personnel, le récit d'une nuit entière passée au Musée Picasso-Paris, seule, à observer une oeuvre qui la fascine « L'homme qui marche » d'Alberto Giacometti. C'est l’humeur mauvaise et le verbe décapant qu'elle se saisit du prétexte de cette nuit particulière pour questionner le milieu artistique dans la société en général et dans ses rendez-vous manqués avec elle en particulier. Son enfance de petite fille pauvre et bien élevée, désarmée face à un père redoutable et éloignée de tout "éducation culturelle" amplifiera son sentiment de rapport illégitime à l'art. Par le prisme du travail acharné et de la personnalité d'Alberto Giacometti, dont l'oeuvre la fascine autant qu'elle lui fait peur, elle tente de comprendre son propre rapport à l'art. Elle questionne le pouvoir d’intimidation ordinaire des "hauts lieux culturels" pour une grande majorité d'entre nous. En toute modestie, elle s'exprime en défenseuse du droit à la Culture pour tous et s'oppose à une société d'élites qui se réserve le droit d'ériger les musées en sanctuaires -quasi inaccessibles-.

"L’écrivaine s’est laissé enfermer au Musée Picasso, face au plus fameux des Giacometti. Résultat : une décapante et superbe nuit d’introspection". Journal Le Monde

"Dans ce récit, Lydie Salvayre évoque avec rage et humour son rapport tumultueux à l’art au long d’un parcours introspectif". Revue Politis

« Regarder ces œuvres m’est une corvée et je me fais violence en continuant cette expérience à la con. » Lydie Salvayre tente de comprendre pourquoi elle s’inflige cette nuit seule au musée. Peut-être à cause de la force de persuasion d’Alina Gurdiel, l’éditrice de chez Stock avec qui elle partage des origines espagnoles, et qui a imaginé la collection « Ma nuit au musée ». Son idée est de répondre à une interrogation personnelle : « Quelle fiction, ou réflexion, peut-elle surgir dans le cerveau d’un écrivain en ce moment étrange, de solitude absolue dans un endroit où d’ordinaire on ne peut ni dormir ni être seul ? ». La réponse de la romancière éclabousse chaque page de Marcher jusqu’au soir : rien, que dalle, nada… Enfermée au musée Picasso à Paris, un petit lit de camp installé face à l’Homme qui marche d’Alberto Giacometti, elle se retrouve incapable d’éprouver l’émotion artistique qu’elle espérait et que l'on attend d'elle. L’exercice d’admiration se transforme en manifeste contre les musées, l’art et le beau en général, tout du moins dans leurs manifestations contemporaines. Le résultat est une oeuvre qui tient autant de l’essai que du livre d’histoire de l’art, du récit-témoignage ou de l’autobiographie partielle.

"C’est un livre avec des pensées « lièvres », […] qui surgissent tout d’un coup alors que vous êtes dans un lieu étrange et qui vous emmènent là où vous n’aviez pas l’intention d’aller".(Lydie Salvayre)

Derniers Coups de Coeur

visuel slider

BD – Pilu des bois

de May K NGUYEN

Willow est une petite fille amoureuse de la nature. Elle fuit sa maison pour se réfugier dans la forêt après une dispute avec sa grande soeur. Elle y rencontre Pilu, petit être sylvain, partie elle aussi sur un coup de colère. Décidées à rentrer chez elles, les deux jeunes filles se confronteront à leurs humeurs et leurs chagrins.

Proposé comme un conte pour enfant, "Pilu des bois" offre un très beau récit d’apprentissage où deux enfants appréhendent leurs défauts, leurs doutes et leurs colères. Des thématiques complexes sont abordées avec grande justesse et finesse comme le deuil, la tristesse, le regret et l'empathie.

Une très belle histoire pour toute la famille, une ballade poétique servie par un dessin rond et lumineux.

A partir de 8 ans.

COUP DE COEUR • BD jeunesse • Par Sophie • 25 mars 2021
En savoir plus
visuel slider

Des diables et des saints

de Jean-Baptiste ANDREA

Un vieil homme joue divinement du Beethoven sur les pianos publics des gares et des aéroports. Les passants s'étonnent de ce virtuose qui ne veut pas se produire ni être connu du grand public.

Joseph, le narrateur du roman, nous interpelle et nous livre son histoire. C'est en 1969 que tout bascule pour cet homme : la perte de ses parents dans un accident le rend orphelin à 15 ans et l'envoi dans un orphelinat au coeur des Pyrénées. "Les Confins" est un établissement tenu par un abbé cruel et un surveillant sadique. Entre les corvées, les coups, la discipline intransigeante, il sera question pour lui d'amitiés sincères et profondes, de résistance, de projet d'évasion et d'amour.

Après deux romans remarqués "Ma reine" et "Cent millions d'années et un jour", Jean-Baptiste ANDREA convoque une fois de plus un remarquable talent de conteur. Il compose une véritable symphonie de l'enfance orpheline, une ode à la musique en toile de fond.

Ce roman est une petite merveille, que l'on savoure entre rires et larmes. Profondément touchant et émouvant.

Pour ce roman, Jean-Baptiste ANDREA est lauréat du GRAND PRIX RTL-LIRE 2021.

COUP DE COEUR • Roman amour et amitié • Par Sophie • 23 mars 2021
En savoir plus
Tous droits réservés Les Cocottes Rousses 2018 - Création graphique : www.atelierchose.com | Coralie_F - Développement web : JCG - Mentions légales