les cocottes rousses Menu
Retour aux coups de coeur
les cocottes rousses
visuel slider

Et ils dansaient le dimanche

de Paola PIGANI

Éditions Liana Levi, août 2021
Prix : 19.00 €

COUP DE COEUR • Roman historique • Par Sophie • 05 août 2021

RENCONTRE EVENEMENT AVEC PAOLA PIGANI
MARDI 19 OCTOBRE 2021 (cf. rubrique agenda)

Paola Pigani se consacre à l’écriture depuis de nombreuses années. Née en 1963 dans une famille d’immigrés italiens installés en
Charente, elle a exercé la profession d’éducatrice à Lyon, où elle réside toujours.

Elle est venue à l’écriture par la poésie et continue de publier, régulièrement des recueils. En 2013, elle fait paraître un premier roman très remarqué, "N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures", couronné par plusieurs prix.
Ses deux romans suivants, "Venus d’ailleurs" ( 2015 ) et "Des orties et des hommes" ( 2019 ), salués par la critique, ont reçu un excellent accueil en librairie.

Son dernier roman, "Et ils dansaient le dimanche" redonne vie à un pan de la mémoire lyonnaise. Telle la chronique d’une vie humble faîte de combats dans une cité ouvrière textile « modèle » pendant la longue crise des années 1930.

Paola PIGANI recompose à merveille le quotidien de modestes vies d’immigrés et l'expérience intime et collective de l'avènement de la grande crise amenant chômage et la mise à l’écart des étrangers.

Son écriture est un hommage réussi et nuancé d'une époque et de vies portées par la solidarité, les affrontements et la détermination.


Sur le quai de la gare de Perrache, un jour de l’année 1929, une jeune Hongroise, Szonja, a rendez-vous avec son avenir: la France où brillent encore les Années folles et l’usine qui l’a embauchée à la production de viscose. Répondre au désir des femmes d’acquérir ces tissus soyeux à bas prix ne lui fait pas peur. Son rêve, c’était de quitter le dur labeur de paysanne de son pays d'origine.

À Vaulx-en-Velin, dans la cité industrielle, elle accepte la chambre d’internat chez les sœurs, les repas au réfectoire et les dix heures quotidiennes à l’atelier saturé de vapeurs chimiques. Postée plus de dix heures par jour à l’atelier, surveillant la transformation de la matière visqueuse en fil dans les vapeurs chimiques, elle résiste, passivement, mais aussi grâce à Elsa, Bianca, Marco et les autres ouvriers italiens qui la soustrait à l’enfermement et bientôt à la violence de Jean, épousé à la va-vite.

Szonja pourrait succomber à la mélancolie ouvrière, cela ne l'empêche nullement de danser le dimanche au bord de la Rize et de faire la fête : on grille les poissons pêchés dans la rivière, on danse. On parle politique aussi. Depuis février 1934 et les licenciements, les manifestations donnent l’occasion de se retrouver à Lyon dans les cortèges. Les jours à la cité, aussi grise que cosmopolite, ne seront plus les mêmes, portés par l’horizon commun qui se dessine.

Dans ces modestes vies d’immigrés, la grande crise fera irruption, amenant chômage, mise à l’écart des étrangers et affrontements avec les ligues. Portée par une inébranlable solidarité et une détermination à vivre, la colère constituera le socle de leur rassemblement, jusqu’à aboutir au Front populaire.

Derniers Coups de Coeur

visuel slider

Vivre vite

de Brigitte GIRAUD

PRIX GONCOURT 2022

RENCONTRE EVENEMENT AVEC BRIGITTE GIRAUD
Mardi 10 janvier 2023


Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils sont au seuil d’un nouveau départ.

Lui a 41 ans et la musique pour raison d’être. Elle 36 ans et l’écriture comme point d’équilibre.

Parents d’un petit garçon, le jeune ­couple, un brin bohème, vient d’acquérir une maison à la lisière de la ville. Un cocon protecteur où ils s'imaginent déjà poser leurs valises, se projetant insouciants le reste de leur vie… Mais ils n’en auront pas le temps.

En un récit tendu qui agit comme un véritable compte à rebours, Brigitte GIRAUD tente de comprendre et de dénouer ce qui a conduit à l’accident de moto et ce qui a coûté la vie à son mari, Claude, un jour d'été en 1999.

Vingt ans après, l'auteure sonde les questions restées longtemps sans réponse. Hasard, destin, coïncidences ?

Elle revient sur les journées qui ont précédé le point d'arrêt d'une existence familiale joyeuse. Des journées comme emballées en une suite de dérèglements imprévisibles jusqu’à produire l’inéluctable.

Brigitte GIRAUD touche par son écriture, teintée de nostalgie douce. Elle interroge avec grâce, en distance temporelle, les rouages d un événement conduisant au tragique d une vie.

Vivre vite ou comprendre l'incompréhensible.

COUP DE COEUR • Roman famille et société • Par Sophie • 03 novembre 2022
En savoir plus
visuel slider

Tenir sa langue

de Polina PANASSENKO

Lisez bien le prénom de l’autrice sur la couverture de ce premier roman.
Attardez-vous sur les voyelles de début et de fin, faites-leur cet honneur.

À son arrivée à Saint-Étienne au lendemain de la chute de l'URSS, Polina devient Pauline.

Vingt ans plus tard, elle vit à Montreuil. Elle a rendez-vous au tribunal de Bobigny pour batailler, justifier et tenter de récupérer son prénom de naissance.
L’administration française est butée, retorse mais Polina, devenue grande, lui tient tête.

D'un côté, la Russie de l'enfance, inoubliable, celle de la datcha, de l'appartement communautaire où les générations se mélangent.
De l'autre, la France, les apprentissages sociaux et culturels, l’aventure quotidienne des mots appris et des mots retenus.

Le cloche pied verbal permanent, la jonglerie imposée entre les mots de la ­famille et des grands-parents russes que l’on revoit aux vacances et les mots des camarades, des professeurs et des voisins.

« Russe à l’intérieur, français à l’extérieur. Ce n’est pas compliqué. Quand on sort, on met son français. Quand on rentre à la maison, on l’enlève. On peut même commencer à se déshabiller dans l’ascenseur. Sauf s’il y a des voisins. S’il y a des voisins, on attend. Bonjour. Bonjour. Quel étage ? Bon appétit. Il faut bien séparer, sinon on risque de se trouver cul nu à l’extérieur. »

Il faut donc savoir ouvrir l’œil aussi.

Fidèle à son identité, à sa mémoire et à ses origines, la primo-romancière Polina PANASSENKO propose un témoignage de vie, construit autour de deux langues et de deux pays.

Elle révèle une voix intime, juste et digne avec un récit drôle, tendre et frondeur.


COUP DE COEUR • Roman biographique • Par Sophie • 09 octobre 2022
En savoir plus
Tous droits réservés Les Cocottes Rousses 2018 - Création graphique : www.atelierchose.com | Coralie_F - Développement web : JCG - Mentions légales